Historique du RAO

Le RAO a pour vision de connecter les systèmes de protection de l’enfance d’Afrique de l’Ouest pour mieux identifier, protéger, réintégrer et suivre les enfants en déplacements entre les pays de la sous-région. Pour cela il s’est donné comme mission de mobiliser et renforcer les capacités des pays d’Afrique de l’Ouest pour prendre en charge les mineurs en déplacement en situation vulnérable et assurer leur réintégration sociale, éducative ou professionnelle
Le RAO a débuté en 2002, sous l’appellation Programme Afrique de l’Ouest (PAO), sous la conduite du Service Social International – Suisse, avec un projet pilote regroupant 3 pays : Guinée Bissau, Mali et Sénégal ; le programme s’est progressivement élargi aux 16 pays de la zone ouest africaine.
Deux rencontres annuelles rythment la vie du Réseau:

  • La rencontre du comité de pilotage (COPIL) qui se place à un niveau stratégique et regroupe les directions nationales de protection de l’enfance, les partenaires techniques du RAO et la Commission de la CEDEAO relative aux droits des enfants,
  • la rencontre régionale des coordinations qui aborde des thématiques opérationnelles de mise en œuvre du RAO, elle rassemble les ONG nationales membres de la coordination RAO.

En 2005, le Programme tient sa première réunion stratégique, qui regroupe les ONG membres, les directions de la protection nationale de l’enfance et les partenaires techniques et financiers que sont le Service Social International Suisse (SSI Suisse), et la DDC, à Bamako.. Au fil des rencontres, les autres pays adhérent au projet : le Burkina Faso, la République de la Guinée et la Cote d’Ivoire en 2007, le Niger en 2008, la Gambie en 2009 ; en 2011 le RAO franchit un pas de plus et participe à la commission de la CEDEAO sur la protection de l’enfance ; le COPIL de la même année se déroule au Ghana et enregistre les adhésions du Nigeria, Benin, Togo, Ghana ; la Sierra Leone, le Liberia et le Cap Vert, font leur entrée l’année suivante, au moment où le RAO participe pour la deuxième fois à la commission de la CEDEAO ; enfin en 2015, la Mauritanie dernier pays de la zone ouest africaine rejoint le projet.
Le programme entre temps est devenu RAO (Réseau Afrique de l’Ouest pour la protection de l’enfance) et intervient à trois niveaux :

  1. au niveau des enfants, familles et communautés
    Le RAO accompagne les enfants depuis leur identification en situation de vulnérabilité jusqu’à leur réintégration sociale, professionnelle et/ou éducative. Il soutient la famille/communauté dans des projets communautaires en vue de les amener à offrir un cadre d’épanouissement propice aux enfants, et lutter ainsi contre leur départ.
  2. au niveau des professionnels de l’enfance
    Le RAO vise à mettre en réseau les acteurs au niveau national, transnational et régional de la protection de l’enfance, et aussi à contribuer à la coopération entre les systèmes nationaux de protection ; il propose des procédures communes de prise en charge des enfants en situation de vulnérabilité en mobilité transfrontalière
  3. au niveau des autorités (système).                                                                                                                                         Le RAO lutte pour l’intégration du volet protection des enfants et des jeunes dans le développement des politiques migratoires et dans leur application au niveau de la sous-région Afrique de l’Ouest (espace CEDEAO) ; il veut également contribuer à la mise en œuvre des accords bilatéraux et multilatéraux de lutte contre la traite et la mobilité des enfants et jeunes